Le burger salers cantal du bar des variétés

Note : 4/5

12 Passage des Panoramas, 75002 ParisBar des variétés (1)

Le jour où vous n’avez pas le moral, le burger de salers au cantal du bar des variétés est là pour vous. Première surprise, la viande n’est pas recouverte d’une tranche de cantal mais le cantal a été haché avec la viande. Le restaurant mise tout sur la qualité de la viande et ça lui réussit bien. Loin du mille feuilles d’ingrédients qui luttent pour rester entre les deux pains et dont la moitié se retrouve au final dans l’assiette, ce burger est simple pour mettre en avant le goût authentique de la viande de Salers. De plus, les patates et la sauce qui l’accompagnent sont fantastiques, je bave rien qu’en y repensant. Des patates assaisonnées aux herbes de provinces et une sauce fromagère très légère, rien de mieux pour accompagner un burger.

Pour le prix, vous avez une petite salade en entrée et le fameux burger pour 9,90 euros. Le vin n’y est vraiment pas cher non plus. Niveau décor, j’ai eu un coup de cœur pour le bar dont les planches ne sont plus vraiment horizontales à force de soutenir les bouteilles et les machines à café. Les unes de Paris Match collées partout sur les murs donnent un côté encore plus vintage au restaurant. Un cadre qui ne peut que vous faire voyager dans le temps et vous faire oublier le stress de Paris.

Le mieux c’est d’y aller le midi, surtout quand il ne fait pas trop froid pour déjeuner à l’extérieur du bar sur les tables installées dans le passage des panoramas.

Enfin le menu d’un vrai Fat :Bar des variétés (2)

– La terrine de campagne en entrée avec le pichet de vin qui va bien avec

– Le burger salers au cantal (en demandant un petit supplément de pomme de terre)

–  Une petite tarte tatin en dessert pour passer une bonne après midi

La côte de bœuf des artistes de la rue Pasteur

Note : 3,5/5

63 rue de Falguiere, 75015 Paris

Aux_artistes_photo_1

Autant vous prévenir tout de suite, mon arrivée au restaurant « Aux Artistes » m’a faiblement convaincu quant à son potentiel d’accueillir et surtout de nourrir un vrai Fat comme moi : beaucoup d’étrangers, pour la plupart de jeunes étudiantes (surement lectrices de MylitteParis), une décoration riche et colorée, l’humour plutôt douteux du serveur…. J’avais plus l’impression de me retrouver dans un bar à étudiants bobos que dans un repaire pour Fats… Cependant, mon contact sur place m’a vite rassuré en me disant que ce restaurant méritait une bonne note sur MyFatParis

C’est donc anxieux que mon estomac et moi-même avons entamé le repas. Et c’est en voyant arriver mon imposante côte de bœuf que j’ai compris que tout allait bien se passer : 450g de viande généreuse bien persillée et une cuisson bien respectée (saignante pour ma part). Bien épaisse et savoureuse, j’ai pu la dévorer sans aucun assaisonnement jusqu’à en rogner l’os qui restait dans l’assiette ! Un vrai régal ! Cependant, côté accompagnement, j’ai été assez déçu par les frites… Il n’y en avait pas assez et l’huile dans laquelle elles avaient été frites leur donnait un goût peu apetissant.

Sinon le prix est très correct : le menu entrée-plat-dessert avec la côte de bœuf est de 20 euros (15 euros le menu et 5 euros de supplément pour la viande) ce qui est très compétitif pour un plat de 450g de bœuf.

Seul hic, mise à part l’humour du serveur : il faut éviter les desserts avec supplément et tout ce qui est à base de glace, c’est pas top.

Au final, l’ambiance y est assez sympa avec une population jeune et un décor décontracté qui colle bien avec une soirée entre amis (je préfère le préciser depuis qu’un lecteur a emmené son boss au japonais à volonté…).

Enfin, le repas d’un vrai fat :Aux_artistes_photo_2

– Une bouteille de vin rouge à partager avec les amis Fats accompagnateurs

– La terrine du chef en entrée

– La côte de bœuf en plat (il ne faut pas y aller trop tard sinon il n’en restera plus en cuisine)

– Fromage blanc et crème de marron en dessert

Sinon faites (ou pas) un tour aux toilettes qui sont assez kitchs avec juste un rideau qui sépare le lavabo des WC (pendant que je me lavais les mains un inconnu est passé aux toilettes…) et surtout… Une boule à facettes 🙂

Les 500g d’onglet de bœuf de mémère paulette

Note : 3/5Photo_ Mémère Paulette

5 Rue paul lelong, 75002 Paris

Quand le plat arrive on est agréablement surpris par la taille imposante de l’onglet et la belle cuisson nous met l’eau à la bouche. Au goût le morceau de viande est bien assaisonné et la cuisson est bien maitrisée, de quoi faire rougir hippopotamus ! On trouve rarement un bon morceau de 500g de viande dans un menu entrée + plat + dessert à 28 euros.
Cependant, la purée en accompagnement est un peu bâclée et manque de goût, ce qui est dommage. Le menu change apparemment régulièrement (et le prix du menu varie entre 25 et 28 euros selon l’humeur du chef).

Plus généralement, le cadre est très agréable, assez traditionnel à la bonne franquette, grandes tables et nappes à carreaux. Les serveurs et le chef de salle sont très sympathiques (le chef de salle était en admiration devant la première image de burger de Myfatparis) et surtout drôles (même s’ils sont lourds par moments). Enfin, j’ai eu un petit sourire en allant aux toilettes très disco avec un grand rideau qui fait office de séparation entre le lavabo et les WC.

De manière générale les plats y sont très Fats et on sort le ventre bien rempli. Par contre, le vin y est assez cher et j’ai été très déçu par le pain perdu que j’ai pris en dessert (l’un de mes desserts préférés en tant que bon Fat) qui n’avait pas le goût d’un pain perdu.

Enfin, le repas d’un vrai Fat :Photo_Mémère Paulette 1

–   Un bon verre de blanc en apéro (ils en ont des pas mal à la carte)

–   Le foie gras en entrée qui est l’entrée traditionnelle des vrais Fats

–   Le Fat onglet de 500g avec un rouge qui rallonge le repas

–   En dessert, je ne saurais quoi vous recommander…

 

The TPSJC du Black Dog

Black_Dog1

Note : 4,5/5

26 rue des Lombards, 75004 Paris

Le meilleur cadeau d’anniversaire pour un Fat. 1 Kg de noix d’entrecôte bien tendre ! Grillée et saignante. La viande savoureuse et fondante va vous surprendre. On ne s’attend pas à un aussi bon morceau quand il y en a autant dans son assiette. Les accompagnements sont là pour compléter l’assiette mais sont complètement effacés par la masse de viande que vous allez dévorer ! Cette Fat viande arrive avec une sauce au choix parmi les nombreuses sauces proposée par Black Dog. Elles sont toutes bonnes mais j’ai un faible pour la tequila piment que je vous recommande. Le plat est à 76 euros… Sauf le jour de votre anniversaire, le prix = votre âge !

Le Black Dog est aussi un bar de métal où les adeptes de ce genre de musique se retrouvent dans un décor très…. Dark. Le restaurant se trouve au fond du bar. On y trouve des plats avec de beaux morceaux de viande argentine et des empanadas. Pour les accompagnatrices de Fat je vous recommanderais la salade avec empanadas fromage épinards.

Le seul hic, les toilettes sont horribles… Et vos habits sentiront le grill à la fin du repas.

En tout cas, pour votre anniversaire c’est le paradis du Fat avec un repas type :Black_Dog2

  • Une bonne bière au bar avant de passer au restaurant (3,5 euros la pinte)
  • Le TPSJC sauce tequila piment (avec des patates en accompagnement pour ceux qui doutent)
  • Le Gang Bang (assortiment d’empanadas sucrés !)

Chers Fats ne ratez pas le TPSJC de votre anniversaire !

 

Black_Dog3

 

« L’escalope de veau montagnarde » by Chez Gladines

Note : 4.5/5

Image

Pour les experts de la cuisine du sud-ouest l’escalope de veau montagnarde est un monument.

Une tranche de veau recouverte de jambon cru baignant dans un concentré de crème fraîche, fromage et champignons sur un lit d’émincé pommes de terre (un plat très sain). Écœurant? Au contraire un vrai plaisir pour les papilles, une vraie émotion. Très gouteux dès la première bouchée et un très bon rapport qualité prix.

En effet, 14,30 E pour un plat aussi gros, on trouve difficilement mieux ! C’est le plat signature de chez Gladines, celui qui attire les vrais Fats. On reconnait un vrai Fat lorsqu’il engloutit son escalope de veau montagnarde (EVM pour les intimes) et essuie la sauce du plat jusqu’à la dernière goutte.

L’aventure Chez Gladines a commencé à La Butte aux Cailles (13ème), dans une ambiance 100% sud-ouest, où on peut se retrouver installé avec des inconnus en toute convivialité. Face au succès (et aux files d’attente de plus d’une demi-heure), la bonne adresse parisienne a lancé sa chaîne, avec au total, 5 restaurants à l’esprit plus bobo, et avec moins de temps d’attente (tant mieux pour nous !) que celui de la Butte aux Cailles.

La taille des EVM diffère légèrement d’un Gladines à un autre, le plus copieux étant celui de la maison mère et le moins celui de Chatelet.

Pour ceux qui ne mangent pas de porc je vous conseillerais le pavé de canard sauce roquefort et pour les Fats qui arrivent à entrainer leurs copines je conseillerais à Mesdames la salade 5 diamants. Le prix du vin est raisonnable avec des bouteilles à moins de 20 euros.

Enfin, j’ai un petit faible pour celui de Saint-Germain avec un bon rapport ambiance/temps d’attente.

Pour finir je vous dresse le repas presque parfait d’un Fat :

– Une planche mixte accompagnée d’un verre de Gaillac doux.

– Une EVM avec un verre (ou plus) de Rioja.

– Une croustade aux pommes suivie d’un digestif, de préférence de la chartreuse

http://www.gladines.com/

Image